À propos de Trou Noir

Pourquoi lancer un nouveau site sur la dissidence sexuelle ?

publié en Janvier 2020, dans le numéro UN

Il est toujours compliqué de prévoir à l’avance la suite des évènements. D’autant que la séquence temporelle dans laquelle nous sommes (des mouvements de révolte partout dans le monde, la montée en force d’un néoconservatisme fascistoïde, la catastrophe écologique qui devient sensible, etc.) semble échapper à nos vieilles catégories de pensée et d’analyse. Plutôt que de céder à la panique qui ne produit jamais rien de bon, plutôt que de se faire avoir par les discours apocalyptiques ambiants, il s’agit bien de se poser, de prendre le temps de penser, de farfouiller le passé, et de se demander à quoi pourrait ressembler un avenir désirable. Nous avons besoin de bien comprendre ce qui se passe actuellement, de mettre les bons mots dessus, pour ne plus mettre toute notre énergie à combattre des moulins à vent qui nous semblaient pourtant si menaçants.

Ce qui nous a donné envie d’agir, c’est de voir à quel point les luttes LGBT+ et féministes étaient les idiots utiles de la partition du monde entre « progressistes » et « conservateurs ». Mais voyant les « progressistes » devenir de plus en plus autoritaires, et les « conservateurs » se convertir au néolibéralisme, nous nous sommes rendu compte que la distinction ne tenait plus.

Des mots, des mots, comme à la radio...

Notre démarche est donc celle de trouver de nouveaux mots, de nouvelles grilles d’analyses politiques pour comprendre les luttes dites « minoritaires » dans notre époque compliquée, comme de mettre en procès les anciens pour juger de leur pertinence.
Renouveler la critique ne veut pas dire oublier le passé, mais au contraire comprendre d’où vient la situation présente. Nous nous sommes rendu compte que nous connaissions mal notre propre histoire minoritaire. Nous pensons que cette mémoire des luttes est cruciale pour agir maintenant, et qu’archiver, c’est aussi lutter contre l’oubli et les réécritures de l’histoire. C’est une des missions que s’est donné Trou Noir.
Il s’agira de s’intéresser également à l’international, car, des révoltes féministes en Amérique du Sud au génocide des homosexuels en Tchétchénie, les évènements ne manquent pas. Ce qui se passe à l’étranger est trop peu connu, et mérite d’être bien raconté et expliqué, et nous essayerons tant bien que mal de le faire.
Enfin, notre dernier axe est proprement culturel, car il nous semble que cinéma, littérature et musique sont particulièrement liées à la dissidence sexuelle et aux luttes minoritaires. Ces arts ont formé un imaginaire qui alimente les luttes actuelles, et nous avons eu envie de les explorer.

Qui sommes-nous ?

Nous sommes une petite équipe de rédaction à caractère amical et à géométrie variable, qui s’est lancée dans ce projet ambitieux. Ni journalistes, ni chercheurs, nous n’avons pas la prétention de répondre aux grilles d’exigences de la Presse ou de l’Université. Nous aimerions trouver le bon équilibre entre un style léger et une certaine rigueur dans la recherche.

Contribuez !

Aussi nous sommes ouverts à toute forme de participation. Le but est de faire entendre plusieurs voix. Bien sûr, nous choisissons ce que nous publions, pour que cela reste en accord avec notre ligne éditoriale. Mais n’hésitez pas, contribuez !
Vous pouvez donc nous envoyer vos propositions d’article, et nous contacter à tout sujet sur :

  • trounoir arobase riseup point net

En vous souhaitant une bonne lecture,
l’équipe de Trou Noir.

À LIRE SUR TROUNOIR:
Le potentat sexuel (par Achille Mbembe)

À propos de la sodomie, de la fellation et autres privautés postcoloniales.

Analyse -

Mai 2020

Sarah Hegazi : Un an après la controverse sur le drapeau arc-en-ciel

« Je n’ai pas oublié l’injustice qui a creusé un trou noir dans l’âme et l’a laissée saigner - un trou que les médecins n’ont pas encore pu guérir. »
Texte de Sarah Hegazi

Actualité -

Juin 2020

Bisexualité et antiféminisme

« Ce qui inquiète c’est donc d’abord le caractère « sans essence » du féminin et du masculin que décrit la psychanalyse mais c’est aussi, et surtout, la possibilité que le féminin l’emporte sur le masculin. »

Analyse -

Mars 2020